Lifestyle

Bienvenue dans mon confinement

Tu t’en doutais bien, aujourd’hui je vais faire ce que beaucoup d’entre nous fait depuis ce jeudi 7 mai 2020. Oui je vais te parler de cette fin de confinement très attendue qui fait beaucoup de bruit et qui est si compliquée à comprendre et si confuse. Non en fait je vais plutôt te parler des effets de ce confinement sur moi, qu’est-ce-que j’ai fais de ces deux mois enfermée dans la maison qui m’a vue grandir.

Tout d’abord, en cette sortie de quarantaine, au moment où l’on marque le début de la fin d’une période étrange et où l’on s’avance, masqué(e)s, courageusement, dans le brouillard épais qu’est le futur, bien évidemment les émotions s’emmêlent, pour moi en tout cas.

Le début du déconfinement c’est une bonne chose non ?

Oui, non, peut-être… Je vais être honnête avec toi comme d’habitude, pour moi c’est un peu gris tout ça. Bien sûr cette fin de confinement annonce une grosse amélioration au niveau de la non- propagation du virus, les choses vont mieux, les gens sont moins en danger et, jour après jour le combat contre le virus avance. Mais d’un autre côté, le futur est flou, tous le monde parle de « la vie d’après » sans pouvoir la définir et au final nous ne sommes à l’abris de rien, une possible deuxième vague, une économie au bord de la falaise un pied dans le vide, une politique plus stricte… Le flou quoi !

Mais alors que toi et moi et toute la France on s’apprête à nouveau à chambouler tout ce qui avait fini par sembler presque normal durant ces deux derniers mois, l’optimiste en moi ne peux s’empêcher de réfléchir sur cette période qui s’achève et a chercher ce que j’ai finalement gagné grâce au confinement.

J’ai réfléchis, j’ai essayé de revivre rapidement ces deux derniers mois et voici ce qu’il s’est passé pour moi :

  • J’ai pratiqué le Yoga et la méditation :

Régulièrement, presque tous les jours, presque tout le temps sérieusement, toute seule ou avec Down dog app. Au réveil, après avoir fait mon lit, je déroulais mon tapis pour m’exercer au yoga et puis à la méditation, c’est devenu ma nouvelle habitude préférée et j’espère qu’elle me suivra pendant plusieurs années.

  • J’ai cuisiné :

Comme toi surement, j’ai cuisiné. Du sucré comme du salé et plus la recette avait l’air longue et compliquée et plus elle me faisait envie. J’avais du temps et l’idée de le passer dans une cuisine pour faire plaisir à ma famille était sublime. Et jusqu’au 1er mai dernier on s’est bien fait plaisir sans compter les calories chez moi : pâtes, bagels, pavlovas, beignets, macarons, gâteaux roulés au nutella c’était la fête du slip et surtout un bon moyen de passer quelques repas en famille !

  • J’ai lu :

Et je suis super fière de moi pour avoir décidé d’arrêter de transporter des livres dans mon sac à dos en voyage et de m’être commandé une Kindle paper reçue à la veille du confinement officiel. J’ai eu du nez pour une fois ! Je te reparlerais plus tard de ma transition papier / liseuse mais grâce à la Kindle j’ai pu enchaîner sans attendre une seule seconde 4 ou 5 livres déjà. Et le soulagement de ne pas à avoir à patienter pour lire m’as sûrement sauvé la vie !

  • J’ai libéré ma créativité :

On en a déjà parlé plusieurs fois ici, avec l’aide du livre de Julia Cameron et au lieu de passer toute ma vie à chercher des gens perdus de vue sur instagram et à contempler le ciel depuis mon velux, j’ai peint, j’ai fais du crochet, du collage, de l’aquarelle, j’ai enfilé des perles, j’ai cousu des bobs, j’ai essayé de transformer du carton en oeuvre d’art, j’ai laisser parler mon imagination et je suis partie à l’attaque de l’art ! Ça à donné quelques succès et beaucoup de ratés mais ça m’à surtout permis de voir que même si c’était moche ou que ça s’était lamentablement écroulé, j’avais pris du plaisir à salir mes mains et à essayer quelque chose de nouveau !

  • J’ai regardé Netflix :

De Tiger King à Unorthodox en passant par The circle France ET USA, Love is blind, Grace et Frankie, Master of none et New girl et j’en passe et des meilleures. Malgré les livres et les projets créatifs ou culinaires dans lesquels je me lançais corps et âme tous les jours, j’avais du temps. Du temps que j’ai eu envie de passer avec des programmes légers (voir très très légers parfois) et plutôt positifs en général. A chaque fin d’une longue série d’épisodes j’avais toujours cette sensation de désespoir à l’idée d’avoir à chercher, encore une fois, une nouvelle série intéressante mais pas trop angoissante, légère mais pas débile, positive mais pas cul-cul et puis je me suis résolue à abandonner l’idée de la série parfaite. J’ai tout regardé, le débile, le cheesy et celui où j’ai envie de taper les gens et j’y ai aussi trouvé mon bonheur par le plus grand des hasard. Bref, j’étais contente d’avoir un abonnement netflix !

  • J’ai commencé « Vagabonde à paillettes » :

Après avoir rêvé pendant des siècles de construire « un truc » rien qu’à moi, qui me ressemble et que je pourrais partager avec le reste du monde je me suis dis que ce serait peut-être l’occasion rêvée de mettre à profit cette période de confinement et de finalement me lancer dans « quelque chose » pour de vrai. J’ai réfléchis, j’ai lu des livres, j’ai cherché des idées, j’ai cherché des conseils et j’ai cherché à faire des détours et à me mettre des bâtons dans les roues afin de ralentir le moment où « cette chose » deviendrai une réalité. Et puis j’ai trouvé mon idée et elle était floue et peut-être un peu bancale mais je me suis dis que si je ne le faisait pas maintenant je ne le ferais surement jamais. Et me voilà, à t’écrire de choses et d’autres, c’est toujours bancal et ça ressemble pas encore à la grande idée que j’avais en tête mais je suis là, avec toi, et je compte bien y rester !

Alors oui, comme tu peux le voir j’ai quand même essayé d’être un maximum productive mais forcément ça ne m’a pas empêché les journées entières à tourner en rond et les nuits à remettre toute ma vie en question et les matins pluvieux où je n’avais tellement plus d’espoir pour le futur que même le yoga semblait complètement inutile. Et aussi je me suis beaucoup plains en particulier de ces pu**** de frontières qui restent fermées pour on ne sait encore combien de temps alors que dans tous mes plans pour le futur j’avais prévu de prendre un avion pour partir loin. Encore une fois c’est la vie, je vais encore devoir être un peu plus patiente et un peu plus créative et pivoter encore un peu, c’est pas grave !

En gros, ces deux mois si particuliers pour tous le monde c’était un peu les montagnes russes, des hauts, des bas et des loopings qui décoiffent !

Les up :

  • Le calme : Alors oui, j’aime aller vite et faire tout un tas de choses, j’aime bouger sans trop rentrer dans les détails, j’aime voir du monde, et j’aime faire la fête mais j’ai aussi régulièrement besoin de mon temps en tête à tête avec moi même. Là j’ai été servie sur le tête à tête mais j’ai vraiment apprécié d’avoir été forcée de ralentir, d’observer, de réfléchir, de me remettre en question, de m’ennuyer aussi. Je n’avais pas d’échappatoire, pas d’avion de dispo pour partir loin et pas de job pour rester occupée. J’ai fais de mon mieux pour être au mieux à l’endroit même où j’étais et avec je ce que j’avais déjà à disposition, j’ai été heureuse à chaque fois que j’ai pu pleinement profiter d’une journée de soleil dehors, j’ai adoré écouter les oiseaux tous les matins, j’ai pleinement profité des gens qui vivent avec moi ( un peu trop peut-être ), ça semble un peu gnian-gnian dit comme ça mais j’ai vraiment apprécié les choses simples de la vie !
  • L’introspection : ça, c’est beaucoup lié au fait d’avoir du temps et pas d’échappatoire en fait. Comme je te l’ai déjà dis j’ai réfléchis et forcement j’ai réfléchis sur moi même aussi. Et j’ai appris à lâcher prise, parce que peut importe les plans que tu peut faire et à quel point tu peux être préparé à n’importe quoi tu sera toujours surpris(e) par un truc dont tu ne connaissais même pas l’existence. Du coup ça sert pas à grand chose de faire des plans sur la comète, encore moins pendant ce genre de période où peut importe si tu étais déjà adepte du « carpe diem » ou pas, tous le monde est un peut forcé de vivre au jour le jour.
  • La confiance en moi : simplement parce que même si j’étais en famille j’ai aussi réfléchi toute seule et l’idée de me lancer dans tel ou tel projet n’est passée par personne d’autre que moi. Sans sortir et sans trop socialiser j’ai appris à me faire confiance et à faire confiance à mes envie et je me suis lancée sans avoir eu l’avis de personne et sans avoir non plus eu le temps d’être découragée de quelque manière que ce soit. Bref, j’ai pris confiance en moi !

Les down :

  • L’incertitude : On en a déjà parlé et même si se retrouver forcé à cueillir le jour présent sans se soucier du lendemain c’est aussi carrément un petit peu anxiogène quand même, t’es pas d’accord ? Autant te dire que j’adore mon bullet journal mais j’ai eu beaucoup de mal à trouver quoi mettre dedans depuis le 16 mars !
  • La routine : Pour la petite histoire en décembre dernier, en Inde, un docteur en ayurvéda m’avait conseillé d’instaurer un peu de routine dans ma vie, histoire de m’ancrer un peu plus… Ben là pour être ancrée je suis ancrée, biennnn ancrée. Et pour être honnête la routine m’aide, mais pas quand j’ai l’impression de vivre un jour sans fin. Je pense que j’ai atteint les limites de la routine en fait, bien plus qu’ancrée je me sens coincée, un peu comme si j’étais dans une pièce sans issue de secours. Heureusement on touche à la fin de cette période bizarre et avec un peu de chance les choses ne pourront qu’aller mieux à partir de maintenant. ( On croise les doigts s’il te plait !!)

La grande leçon du confinement Covid19 de 2020 :

Voilà, c’est tout sur cette période de ma vie qui s’achève aujourd’hui. J’espère que cette page est bien tournée et qu’on n’aura pas à la relire dans un futur proche parce que même si on arrive à trouver du positif dans n’importe qu’elle situation j’aimerais bien qu’on puisse tous se retrouver à boire des bières en terrasse, à s’agglutiner dans des salles de concert, à regarder des films dans des avions à destination lointaines et à rependre une vie sociale normale où l’on pourra se sourire autrement qu’avec les yeux !

J’espère aussi que cet article te trouvera, toi et tous tes proches en excellente santé.

Je t’envoie toujours tout un tas de paillettes et de confettis et à très bientôt pour de nouvelles aventures !

Aurlane, pâtissière, prof de yoga, voyageuse et rêveuse de compétition, j'aime danser, chanter toute seule dans ma voiture, boire du thé, cuisiner, marcher pieds nus, lire des livres au soleil et faire plaisir aux gens qui m'entourent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *